pop-logo-verticalCreated with Sketch.

Bien équipé, on sauve des vies

Le coronavirus est une menace mortelle pour les travailleurs/euses de première ligne du service public - en particulier nos membres dans le secteur de la santé.

Nous comptons sur eux/elles pour sauver d'innombrables vies - mais pour qu'ils/elles puissent faire leur travail, les gouvernements du monde entier doivent prendre des mesures plus fermes dès maintenant :

  • Nous avons besoin de suffisamment d'équipements de protection individuelle (EPI) et de formation pour pouvoir rester en bonne santé tout en sauvant des vies.

  • Nous avons besoin de mesures ciblées pour soutenir les travailleurs/euses de la santé qui travailleront pendant de très longues heures : des soins doivent être apportés à leurs enfants et aux autres personnes à charge également.

  • Nous avons besoin de dispositions concernant le travail à domicile, les congés de maladie payés, les allocations de chômage d'urgence et, surtout, la gratuité des soins de santé publique pour TOUS et TOUTES.

  • Nous avons besoin de systèmes de santé publique bien dotés en personnel et en ressources, équipés pour répondre aux urgences de santé publique.

L'épidémie actuelle de coronavirus met en évidence le besoin vital de services publics de qualité - en particulier de systèmes de santé publique résilients et dotés en personnel.

C'EST UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

Bien équipé, on sauve des vies

Nous appelons les gouvernements à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour fournir aux travailleurs/euses du secteur de la santé et des services publics de première ligne les équipements de protection individuelle et la formation dont ils/elles ont besoin pour sauver des vies, ainsi que des conditions de travail de qualité pour s'assurer qu'ils/elles ne sont pas mis(e)s en danger de manière inconsidérée dans la lutte contre le Coronavirus.

Success! You have signed this petition.

Nous, personnels de santé, ne sommes pas des héros ! #Covid19

Jamais la nécessité de disposer de services publics de qualité, bien financés, et de systèmes de santé publique solides n'a été aussi évidente. #SafeWorkersSaveLives

Que puis-je faire ?

  • Remplissez notre enquête et téléchargez des documents, des ressources et des stratégies pour les travailleurs/euses et les syndicats qui font face à l'épidémie de virus.

  • Partagez des histoires, des photos, des vidéos et des témoignages des personnes qui sont en première ligne et luttent contre le virus

  • Téléchargez notre affiche pour l'afficher sur votre lieu de travail ou la partager avec vos membres.

  • Signez notre pétition ci-dessous pour l'équipement de protection individuelle et la formation de tous/toutes les travailleurs/euses qui en ont besoin.

  • Parcourez notre bibliothèque contenant matériel et information sur le COVID-19 pour les travailleurs/euses et les syndicats.

Que peuvent faire les syndicats ?

  • Lutter pour l'implication active des syndicats dans les décisions gouvernementales afin de sauvegarder la sécurité et la santé au travail et de garantir que les coûts de cette crise ne soient pas supportés par la classe ouvrière.

  • Soutenir des politiques qui garantissent que tous les travailleurs/euses, y compris ceux/celles du secteur informel, les travailleurs/euses occasionnel/le/s ou sous-traitant/e/s, reçoivent des indemnités de maladie et des congés suffisants pour toute quarantaine nécessaire ou lorsque leur lieu de travail est temporairement fermé afin de réduire la transmission de l'infection.

  • Faire pression pour que les Directives de l'OIT sur le travail décent dans les services publics d'urgence soient adoptées au niveau national, afin de protéger les travailleurs/euses en première ligne, ainsi que les conventions 155, 187 et les recommandations 194, 197, 171 de l'OIT et le protocole à la convention 155.

  • Défendre les droits des migrant/es et des réfugié/es dans le cadre de la réponse nationale au COVID-19 et lutter contre toutes les formes de xénophobie et de racisme.

Enquête sur les réponses des syndicats contre COVID-19

Afin de protéger les travailleurs/euses du monde entier, nous avons besoin de votre aide pour compiler des informations et des documents à partager avec les syndicats et ceux/celles qui se trouvent en première ligne. Ces documents serviront également à développer notre plaidoyer auprès des institutions au niveau mondial et régional.

CLIQUER ICI POUR REMPLIR LE QUESTIONNAIRE
Vos droits en tant que travailleur/euse de la santé

Nous avons réalisé cette affiche modifiable pour que vous puissiez l'imprimer et la partager - téléchargez un PDF de l'affiche en anglais- français-espagnol.

Différents formats, traductions et téléchargements sont disponibles sur cette page constamment mise à jour.

RECHERCHE ET MATÉRIEL DE CAMPAGNE (3)

Nos objectifs de campagne

Objectif immédiat :

Veiller à ce que tous les travailleurs/euses des services publics, en particulier les travailleurs/euses de la santé, bénéficient des conditions de travail et de l'EPI de qualité dont ils/elles ont besoin afin de ne pas être exposé/es à des risques inconsidérés dans la lutte contre le coronavirus.

  • Forger une solidarité mondiale en partageant du matériel et des stratégies entre les syndicats du monde entier pour aider à assurer la sécurité des membres.

  • Recueillir des témoignages de travailleurs/euses de première ligne pour illustrer les défis auxquels nous sommes confrontés.

  • Inciter les gouvernements à prendre des mesures plus fermes pour protéger les travailleurs/euses, assurer une dotation en personnel efficace pour la prestation de soins de santé et le respect des droits et principes fondamentaux du travail.

Objectif à long terme :

Mettre en place des systèmes de santé publique plus solides et universels, dotés de ressources et d'effectifs suffisants et mieux préparés à répondre aux futures crises sanitaires.

  • Mettre en évidence le coût mortel de la politique d'austérité en exacerbant le défi sanitaire posé par le coronavirus.

  • Produire du matériel de recherche recueillant à la fois des témoignages de travailleurs/euses et des données qualitatives sur la réaction au coronavirus afin de plaider en faveur d'une augmentation des ressources et des effectifs de la santé publique et de la nécessité de disposer de systèmes de santé publique plus résilients.

  • Souligner comment la réaction au coronavirus montre la nécessité d'une intervention publique forte qui place la santé des personnes au premier plan pour faire face aux défis futurs, notamment la crise climatique.

Pour plus d'informations sur le plan d'action à long terme de l'ISP concernant le COVID-19, consultez la note conceptuelle de notre campagne "Santé publique une fois pour toutes".

MISES À JOUR (4)

TOUTES LES MISES À JOUR

Faites une recherche sur la plateforme pour lire les dernières mises à jour

CLIQUER ICI POUR VOIR TOUTES LES MISES À JOUR

twitter #SAFEWORKERSSAVELIVES

Contexte

La nouvelle pandémie de coronavirus (COVID-19) représente un défi de taille historique pour l'humanité. La propagation mondiale de l'épidémie a été exponentielle. Et elle est peut-être encore loin d'avoir atteint son apogée. On estime qu'entre 40 et 70 % de la population mondiale serait infectée si des mesures décisives de grande envergure ne sont pas prises d'urgence. Avec un taux mondial de mortalité des cas estimé à 5,7 %, cela signifie que plus de 100 millions de personnes pourraient mourir.

Malheureusement, alors que des efforts ont été déployés pour lutter contre "les niveaux alarmants de propagation et de gravité" de la pandémie, l'Organisation mondiale de la santé a également exprimé sa vive inquiétude face aux "niveaux alarmants d'inaction". De nombreux gouvernements n'ont pas réussi à mettre en place des mesures pour protéger nos communautés et notre personnel de première ligne. Par exemple, alors que des pays tels que le Danemark, la France et l'Italie ont pris des mesures pour assurer la sécurité physique et le bien-être socio-économique des habitant/es (y compris la rémunération des travailleurs/euses mis en quarantaine ou en congé), certains des pays les plus riches du monde ont plutôt pris des mesures pour protéger leur économie sans mettre en place des mesures de protection sanitaire et sociale adéquates. Le gouvernement des États-Unis, par exemple, a rapidement engagé à lui seul jusqu'à 1,5 milliard de dollars pour sauver les marchés, alors qu'il a fallu des semaines avant d'adopter un projet de loi de réponse sanitaire inadéquat.

Non seulement l'action nécessaire au sein des pays a été inadaptée dans plusieurs cas, mais il est également nécessaire de renforcer la solidarité internationale en ce moment. Les pays doivent comprendre clairement que les frontières ne peuvent pas empêcher la propagation du virus. Le cas de l'UE et son inaction au début doivent être une mise en garde contre la propagation de la pandémie.

Certains dirigeants mondiaux alimentent le racisme et la xénophobie. Des commentaires tels que celui de M. Donald Trump, le président des États-Unis, décrivant le nouveau coronavirus comme un virus "étranger", "chinois", créent une atmosphère toxique de peur et de désespoir. Sur les médias sociaux et dans les rues, des personnes d'Asie du Sud-Est ont été attaquées en Europe et en Amérique du Nord.

Dans les pays où les installations de dépistage sont limitées, les "riches inquiets" ont assiégé les médecins en exigeant des tests privés de dépistage du coronavirus, ainsi qu'une "perfusion intraveineuse de vitamines et de minéraux pour renforcer leur système immunitaire". Mais la richesse ne doit pas être paramètre pour le dépistage ou l'accès au traitement. Les gouvernements doivent garantir l'accès universel au dépistage et au traitement pour une réponse efficace à la pandémie.

Les travailleurs/euses des services publics, en particulier dans le secteur de la santé, sont les plus touché/es par la réponse au COVID-19, confronté/es à des circonstances comparables à celles d'une "guerre mondiale".

Des années de privatisation et de mesures d'austérité ont laissé les établissements de santé publique en sous-financement et en manque de personnel. La pandémie de coronavirus révèle la crise profonde des politiques néolibérales et l'incapacité négligente des gouvernements à prendre les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable. Nous ne pouvons pas résoudre cette crise en multipliant les mesures qui aggravent sa propagation. Nous avons besoin d'une réponse massive et conduite par le secteur public.

La plus grande tragédie est que nous aurions déjà dû tirer les leçons du passé. L'ISP et ses affiliés étaient en première ligne dans la lutte contre l'Ebola il y a tout juste cinq ans. Nous avons vu à quel point les systèmes de santé de nos pays étaient vulnérables. Nous avons demandé aux gouvernements d'augmenter le financement, les ressources et les effectifs du secteur.

En 2016, la Commission de haut niveau des Nations Unies sur la santé, l'emploi et la croissance économique (dont l'ISP était membre) a noté qu'avec l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, nous avons vu comment l'inaction et le sous-investissement chronique peuvent compromettre la santé humaine, et aussi entraîner de graves revers économiques et sociaux". Elle a identifié l'investissement dans les travailleurs/euses de la santé comme "la première ligne de défense contre les crises sanitaires internationales". Les gouvernements ont été invités à assouplir les mesures d'austérité en faveur de politiques d'expansion budgétaire, en donnant la priorité aux investissements dans la création d'emplois afin de renforcer les systèmes de santé et de combler le déficit prévu de 18 millions de travailleurs/euses de la santé d'ici 2030. Le message de la Commission a été clair : "le statu quo est intenable".

Si ces avertissements avaient été pris en compte, nous serions bien mieux préparés à cette crise.

Le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a averti en février que le monde courrait le risque d'être mal préparé à la prochaine pandémie. Il a noté que "pendant trop longtemps, le monde a fonctionné selon un cycle de panique et de négligence", ajoutant que les gouvernements "jettent de l'argent dans une épidémie, et quand elle est terminée, nous l'oublions et ne faisons rien pour empêcher la suivante".

Cette pandémie doit être un signal d'alarme pour les dirigeants mondiaux. Faire passer les profits avant les personnes sape l'action publique énergique dont nous avons besoin pour répondre aux crises épidémiologique et climatique et pour lutter contre les inégalités dans le monde.

Endorsed by

  • Public Services International

Don't have an account? Register here.

Join the struggle!

Fighting privatisation is a joint effort. People over Profit depends on your contribution.